Événements CPME 85

Quand les entrepreneurs vendéens vont à la rencontre des élus de terrain…

05 décembre 2016

Lundi 28 novembre, une quinzaine d'adhérents de la CGPME Vendée se sont retrouvés au sein de l'Entreprise MTECH (ex. Marchegay Technologies) à Luçon. Au programme, la restitution d'une enquête portant sur la santé des entreprises vendéennes en présence de M. Hugues FOURAGE, Député de la circonscription.


Ce rendez-vous fait partie de la nouvelle orientation donnée par Marie-Agnès MANDIN à la CGPME Vendée depuis Avril 2016. La nouvelle Présidente, ainsi que l'ensemble du Conseil d'Administration, ont décidé de travailler de concert avec les élus du département afin de faire remonter les préoccupations des chefs d'entreprises vendéens.


612 entreprises ont répondu à cette enquête réalisée par email entre le 3 et le 31 octobre 2016. Cette enquête portait sur les tendances ressenties par les chefs d'entreprise vendéens tant sur le passé immédiat (à 3 mois) que sur leurs perspectives à court terme (3 mois).

 

Il est à noter que l'activité a été plutôt bien orientée, mais que cette dynamique parait fragile au regard des prévisions qui sont assez prudentes. Élément positif, le niveau d'optimisme des chefs d'entreprise est globalement bon, et se traduit par des prévisions d'investissement...


Cet objectif de mettre en évidence la réalité de la situation économique auprès des décideurs qui font les lois a été salué par M. le Député. Ce dernier a pu constater par ce premier bilan "terrain" que certaines mesures phares du Gouvernement, notamment le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi) sont globalement connues et utilisées. Pour autant, les chefs d'entreprises vendéens ne jugent pas forcément ce "coup de pouce" comme créateur d'activité mais comme un simple bonus. Marie-Agnès MANDIN en a profité pour rappeler que le CICE qui permet de réduire le coût du travail et d'améliorer la compétitivité des entreprises françaises ne doit plus être un simple crédit d'impôt mais qu'il puisse venir diminuer de manière pérenne les charges de toutes les entreprises.


Quant à la BPI (Banque Publique pour l'Investissement), moins d'un entrepreneur sur deux connait son fonctionnement et son rôle en faveur des entreprises. Pour autant, pour les chefs d'entreprises qui y ont recours, ils jugent globalement l'institution efficace.


Tous les participants ont convenu que ce questionnaire sera à continuer dans le temps afin de considérer les évolutions de notre territoire. Les échanges se sont poursuivis autour d'un verre de l'amitié.

Nos Autres
Actualités
Voir toutes nos actualités